50 % des salariés affirment être touchés par une affection due au travail

Securite au travail
(Last Updated On: 5 juin 2015)

Une récente étude effectuée par l’Ifop a permis de révéler que presque 60 % des travailleurs se disent être victimes d’accidents ou de problèmes de santé liés à leur activité professionnelle. Plus précisément, la moitié d’entre eux déclarent être touchés par une affection due au travail et près d’un tiers se disent avoir déjà été victimes d’accident de travail impliquant des dommages corporels.

 


Le mode et les modalités d’exposition à un risque professionnel varient sensiblement d’un salarié à l’autre. Il s’avère que les cadres sont moins concernés par les soucis de santé liés au travail (moins de 40 %) et les accidents de travail (moins de 22 %). La situation est plus grave chez les ouvriers. En effet, le nombre d’ouvriers qui ont développé des affections dues au travail atteint les 60% et les accidents frôlent les 45 %. De manière générale, ce sont les salariés les plus âgés qui sont davantage sujets aux affections professionnelles. Plus de 50 % ont plus de 50 ans, contre 47 % pour les moins de 35 ans. D’autre part, les hommes sont plus nombreux à avoir été atteints par les accidents de travail, tandis que chez les femmes, on ne relève qu’un taux de 24 %.

Que doit-on faire si l’on est victime d’un accident au travail ?

Insuffisamment informés sur les risques professionnels

La plupart des salariés actifs français se disent satisfaits de la transmission d’informations sur les risques professionnels. Mais sur les personnes interrogées, seules 10 % se disent « très bien informées » à ce sujet. Il semblerait que le sentiment d’information est quelque part proportionnel à la taille de l’entreprise. Dans les structures comptant moins de 20 salariés, le taux de suffisance d’information est de 54 %, tandis que dans les grandes entreprises (500 salariés), ce taux est de 61 %. Cet écart se fait aussi sentir dans la différence entre les salariés du secteur privé et du secteur public.

Inégalités de traitement en matière de prévention

Presque la moitié des salariés estiment que les mesures de prévention instaurées par leur employeur sont insuffisantes en matière de risques professionnels. Plus particulièrement, 14 % jugent même que ces actions sont « très insuffisantes ». Toujours parmi les personnes interrogées, une petite majorité a exprimé sa satisfaction devant les actions entreprises par son employeur en matière de prévention des risques professionnels. Le pourcentage relevé dépasse les 50%, avec seulement 9% de salariés qui se disent « très satisfaits ». Ce ressenti et le jugement des salariés concernant les mesures de prévention est visiblement en corrélation avec la taille des entreprises. En effet, au niveau des structures comptant moins de 20 salariés, le taux passe peu à peu à 49% tandis que dans les entreprises qui emploient moins de 500 salariés, le taux relevé est de 60%.
Dans tous les cas, les actions de prévention ne doivent pas être négligées car elles permettent de réduire considérablement les risques professionnels. Dans certains secteurs, comme le bâtiment ou l’industrie, ces risques sont accrus et des mesures spécifiques doivent être prises en conséquence. Ainsi, chaque entrepreneur se doit d’instaurer des actions préventives au regard des risques liés à l’activité.

Pour plus de sécurité au travail, retrouvez les équipement de protection individuelle (EPI) d’Abisco

No votes yet.
Please wait...