Habilitation électrique : Cepim crée une unité mobile de formation

Risque chimique
(Dernière mise à jour : 16 février 2015)

Puisque la norme NFC 18-510 exige que les stagiaires visitent et identifient les installations électriques de leur établissement, le centre de formation professionnelle Cepim leur propose une unité mobile qui a été spécialement conçue pour donner des formations théoriques et pratiques. Cette unité peut accueillir jusqu’à 12 stagiaires.

Mieux connaître le Cepim

Cepim est un centre de formation professionnelle qui a été créé en 2002, par Didier Langlais. Le siège de la société est sis à proximité de Vannes, dans le Morbihan. À ses débuts, la société se focalise sur la sécurité en mer puis a peu à peu étendu ses activités vers d’autres secteurs dont la prévention des risques et la sécurité et santé au travail (SST). Son objectif principal est de renforcer et de compléter les formations dispensées aux salariés d’une entreprise. Il dispense des formations continues et propose un programme de perfectionnement pour réduire les risques.

L’unité mobile proposée par Cepim

Toujours dans le but de donner des formations professionnelles aux salariés des entreprises, surtout en ce qui concerne l’habilitation électrique, Cepim a mis sur pied une unité mobile.

Le centre s’est basé sur un Peugeot Boxer qu’il a transformé en véritable laboratoire pédagogique. Le véhicule s’étend sur un espace de 12m² et peut accueillir jusqu’à 12 salariés pour une formation. À bord, on pourra retrouver des chaises, un écran, un tableau, un vidéo projecteur et un équipement électrique complet. Les formations se composent ainsi d’un volet théorique suivi de pratique pour mieux faciliter l’assimilation.

L’équipement que le Cepim a embarqué à bord de son super-véhicule répond à la norme NFC 18-510 datant de janvier 2012. Parmi ces équipements, on cite des EPI (équipements de protection individuelle) pour les habilitations électriques haute-tension, des cellules haute-tension, deux armoires basse-tension dont l’une est de type tertiaire alimentée en 400 volts en triphasé et l’autre est de type industriel également alimentée en 400 volts en triphasé. On y trouvera aussi un convertisseur 230 volts – 400 volts triphasé pour recharger les armoires basse-tension, …

Soulignons que la mise en œuvre de ce projet mobile n’a pas été facile et d’ailleurs R&D a mis plus de six mois pour concevoir l’unité et l’aménager comme il faut. La Peugeot Boxer a connu plusieurs améliorations pour que tous les matériels puissent tenir à bord sans que les stagiaires ne s’y sentent à l’étroit. Coût de ce projet ambitieux : environ 80 000 euros.

Pourquoi avoir créé cette unité mobile ?

L’unité mobile procure de nombreux avantages tels que :

  • La proximité : puisque c’est le véhicule qui vient à la rencontre des stagiaires, ces derniers n’auront pas à se déplacer.
  • Mieux connaître l’équipement de leur établissement : grâce à l’équipement électrique complet à bord du véhicule, les stagiaires ont un aperçu global du système de leur entreprise. Cela leur permet de visiter et d’identifier le système sans devoir y aller.
  • Avoir à disposition des outils pédagogiques pratiques et sécurisés : les outils proposés sont sécurisés et les responsables des formations gardent chaque stagiaire à l’œil ce qui réduit les accidents.
  • Aucune interférence dans le bon fonctionnement de l’entreprise : puisque les travaux se font à bord du véhicule, les stagiaires peuvent passer à la pratique sans perturber le fonctionnement de l’entreprise.
  • Aucune démarche à faire pour intervenir sur les circuits de l’entreprise : aucune démarche n’est nécessaire puisque les stagiaires n’interviennent pas directement au sein de l’entreprise, mais à bord du véhicule.

 

Pas encore de vote.
Please wait...