Lavage des mains : 30 % de décès en moins en Ehpad

Lavage des mains
(Dernière mise à jour : 19 novembre 2015)

Pour promouvoir l’hygiène des mains, l’Institut du Bien Vieillir Korian et le Conservatoire national des Arts et Métiers (Cnam) ont lancé une étude au sein des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Les résultats ont été dévoilés le 15 octobre dernier à l’occasion de la journée mondiale du lavage des mains.

Le déroulement de l’étude

L’étude s’est étalée sur une année et s’est focalisée sur 27 Ehpad parmi lesquels on peut citer un établissement pilote, 13 Ehpad du groupe intervention et 13 Ehpad du groupe témoin. Durant cette année, différentes mesures ont été adoptées telles que :

  • le renforcement de l’accès aux solutions hydro-alcooliques
  • la mise en place d’un programme éducatif concernant les pratiques de prévention du risque infectieux et des recommandations de bonnes pratiques pour l’hygiène des mains
  • la mise en place d’un groupe de travail pour adapter les outils aux bonnes pratiques de l’hygiène des mains
  • le lancement, auprès des résidents, des visiteurs et des personnels, d’une campagne de sensibilisation à l’hygiène des mains avec un rappel sur les principales recommandations de l’établissement
  • le suivi et l’accompagnement par une infirmière hygiéniste pour savoir si les établissements ont bien respecté les bonnes pratiques instaurés

En savoir plus sur les produits d’hygiène

De bons résultats

Grâce à tous ces efforts, les auteurs de l’étude ont pu remarquer une baisse de 30 % du taux de mortalité dans le groupe d’intervention par rapport au groupe témoin. Pendant cette année d’étude, 720 décès ont été recensés dans les deux groupes dont 322 dans le groupe d’intervention et 398 dans le groupe témoin.

Outre la baisse du taux de mortalité, la consommation d’antibiotiques a aussi chuté de 10 %. Il faut dire que les personnels ont bien joué leur rôle puisqu’ils se sont montrés très vigilants et réactifs durant la saison épidémique de janvier à mars 2015.

En ce qui concerne le taux d’hospitalisation, aucun changement n’a été enregistré.

 

Une infirmière hygiéniste aux commandes

Pendant toute la durée de l’étude, une infirmière hygiéniste en la personne de Marie Arduin a suivi de près les Ehpad. Elle raconte ainsi que même si la mise en place de la procédure au sein des Ehpad a pris du temps, mais les efforts ont fini par payer.

A l’issue de l’étude, elle tient à souligner que :

  • de nombreux Ehpad demande un accompagnement pour l’hygiène des mains
  • un changement au sein des groupes d’intervention en matière de renforcement de l’hygiène des mains des personnels, des résidents et des familles s’est fait ressentir. Ceci a notamment permis d’éradiquer les petites épidémies
  • les établissements ne se sont pas limités à l’hygiène des mains, mais respectent beaucoup plus qu’avant le port de tenue avec manches courtes et ne non port de bijoux

Bref, ce fut une expérience enrichissante et malgré les bons résultats déjà obtenus, les Ehpad ne doivent pas baisser leur garde.

 

Quelques recommandations pour des actions durables

Puisque le lavage des mains n’est pas forcément acquis, le Dr Philippe Denormandie, directeur général de l’Institut du Bien Vieillir Korian et son équipe souhaitent rappeler que :

  • l’utilisation du savon et de la solution hydroalcoolique ne sont pas les mêmes
  • le SHA ne s’utilise que sur des mains propres
  • il est important de respecter la quantité et le temps de lavage des mains

L’utilisation de gants est hétérogène, il est donc nécessaire de connaître quand il faut les utiliser ou non

Pour mener des actions durables, les Ehpad doivent donc rester vigilants et encourager les intervenants de l’extérieur à utiliser les SHA. Aussi, une stratégie sur le long terme doit être mise en place et le suivi doit être réalisé de manière rigoureuse pour que l’hygiène apporte toujours d’aussi bons résultats.

No votes yet.
Please wait...