Les risques de la sous-traitance

sous-traitance
(Dernière mise à jour : 16 juillet 2015)

Qui dit sous-traitance dit responsabilité de la part de l’entreprise donneuse d’ordres, une variable que cette dernière a parfois du mal à garder en mémoire.

 

L’art de co-travailler

La sous-traitance est aujourd’hui de plus en plus répandue dans le monde du BTP car elle permet de faire face au flux d’activité. Or, les salariés sous-traitants sont souvent plus exposés aux dangers que les salariés de l’entreprise donneuse d’ordres. Cela s’explique par la constante nécessitée de s’adapter des sous-traitants, parfois trop peu équipés pour faire face à certaines situations. Souvent entreprises de petites tailles, les sous-traitants sont généralement moins bien formés pour répondre aux problématiques de santé et de sécurité au travail. De plus, ce sont souvent les tâches les plus dangereuses qui leur sont confiés, qui eux, négligent les aspects de sécurité pour s’économiser temps et argent, souvent à tort.
Face à ce constat, les entreprises donneuses d’ordre, plus grandes, plus équipées, se doivent d’aider les PME sous-traitantes à se mettre à niveau en terme de santé et de sécurité. Un employeur qui sous-traite se doit de jeter un œil au respect des consignes de sécurité et du port des EPI des employés sous-traitants.

 

Préparer la sous-traitance

Les entreprises donneuses d’ordres oublient facilement que les sous-traitants ne connaissent pas le chantier où ils vont devoir travailler, ils n’ont que peu conscience des risques et nécessitent une préparation en amont.

Or le décret du 20 février 1992 stipule clairement que : « le chef de l’entreprise utilisatrice a la responsabilité de coordonner les mesures de prévention afin de prévenir les risques liés à l’interférence entre les activités, les installations, les matériels des différentes entreprises présentes sur un même lieu de travail ».

Afin de minimiser les risques, la meilleure prévention reste la rencontre entre l’entreprise utilisatrice et le sous-traitant en amont de l’intervention.
La mise en place d’un plan de prévention peut drastiquement limiter les risques. Il permet d’analyser les risques partagés et de dessiner en amont des solutions et mesures de prévention conjointes qui permettront de maximiser la sécurité de tous les employés. La mise en commun du matériel peut aussi être envisagée.

Fidéliser les sous-traitants pour plus de sécurité

Les changements permanents de sous-traitants nuisent à l’entreprise utilisatrice comme aux sous-traitants eux-mêmes. Un bon moyen de gagner en temps et en efficacité reste la fidélisation des entreprises sous-traitantes. Un sous-traitant qui connaît déjà le terrain sera opérationnel plus rapidement. Si une première intervention a nécessité une formation, elle sera d’autant plus applicable lors d’une seconde intervention.

Le bon fonctionnement de la sous-traitance se base également sur une relation de confiance et de transparence entre les deux entreprises. Un bon réseau de sous-traitants reste un atout en terme de réactivité, de polyvalence et d’efficacité pour toute entreprise.

No votes yet.
Please wait...