L’industrie du béton en crise ?

industrie du béton

En 2013, l’industrie du béton a déjà connu une régression de 6 % en termes de chiffre d’affaires. La Fédération de l’Industrie du Béton (FBI) a donc fait le point sur la conjoncture pour voir où ils en sont et que leur réserve l’avenir…

Un premier trimestre positif pour 2014

L’Assemblée générale durant laquelle la mise au point a été faite s’est déroulée le 20 juin dernier. Jusqu’ici, les résultats obtenus pour le premier trimestre de l’année 2014 sont bons comparés à ceux de l’année dernière toutefois, la FBI reste réaliste et prévoit une nouvelle dégradation dans les prochains mois.

Selon eux, le caractère imprévisible du marché reste inquiétante et le seul fait que le premier trimestre donne de bons résultats n’augure pas forcément un meilleur avenir pour le reste de l’année.

Régression de la construction

Les Français rêvent tous d’avoir une maison individuelle bien à eux. Des mesures ont d’ailleurs été déjà prises pour favoriser l’accession au logement telles que le Pass foncier ou le prêt à taux zéro (PTZ +), mais avec un recul de 6 % en 2013, il semblerait que ces mesures n’ont pas été aussi fructueuses qu’on l’espérait.

Cette régression au niveau de la construction a évidemment des répercussions négatives sur l’industrie du béton et malgré le projet de construction de 300 000 logements pour 2014, les géants du béton restent sceptiques. Cette situation signifie également que les 500 000 logements prévus pour 2015 est d’ores et déjà un défi manqué.

Toujours selon la FBI, le coût du foncier représente également un frein à l’accession du logement et le phénomène les touche directement.

Du côté des travaux publics

Jusqu’ici, le secteur des travaux publics se porte plutôt bien, mais pour combien de temps ? Il faut dire que les restrictions budgétaires entraînées par la réduction des dotations de l’État ne contribuent pas au bonheur des collectivités locales et ont directement influé sur la baisse des consultations publiques. Cette régression atteint jusqu’à 40 % depuis quelques semaines et la Banque Postale parle déjà d’un recul entre 5 à 6 % des investissements dans un avenir proche.

Les appels d’offre se font aussi rares pour de nombreuses raisons dont l’attentisme post-électoral et dans leur ensemble, tous ces facteurs ne présagent rien de bon pour l’Industrie du béton.

Rétrospective sur l’année 2013

Globalement, le secteur du béton a reculé de 6 % en 2013 en termes de chiffre d’affaires et de 8 % en termes de volume produit. Toutes les branches de produits en béton ont donc connu une baisse qui s’élève à 10 % pour les dalles et prédalles pour les planchers. Les blocs de béton et les poutrelles ont, quant à eux, diminué chacun de 6 %.

Dans le secteur des travaux publics, seules les bordures ont connu une hausse de 1 %, mais les autres secteurs accusent tous une baisse autour de 10 %, voire 20 % pour les dalles de voirie.

Si cette régression continue pour les années 2014 et 2015, ce sont alors quelques 600 entreprises françaises qui entreront en crise et 19 000 emplois menacés. Rappelons que l’Industrie du béton est tout de même le premier employeur des industries de la branche carrières et matériaux de construction. Avec un avenir incertain, tous les secteurs qui en dépendent sont tous sur la sellette.