Qui sont les gagnantes des trophées des femmes de l’industrie 2014 ?

les laureates des trophees des femmes de l industrie 2014
(Last Updated On: 19 janvier 2015)

L’Usine Nouvelle a, pour la troisième fois, sorti son palmarès des femmes qui animent activement l’industrie française. Les prix leur ont été décernés le 17 septembre dernier et elles sont en tout 11 à avoir remporté un titre prestigieux. Le jury a été présidé par Clara Gaymard, présidente de GE France. Parmi les 11 gagnantes, on retrouve des entrepreneuses, des chercheuses, des ingénieurs, …

Odile Panciatici

Elle a remporté le titre de Femme de l’industrie 2014 et travaille chez Renault en tant que Directrice de l’Ingénierie véhicule. Elle intègre l’entreprise à 23 ans et aujourd’hui, à 53 ans, elle y est toujours. Durant ses 30 ans de carrière chez Renault, elle a piloté à plusieurs reprises la conception de différents véhicules que nous conduisons aujourd’hui encore. Elle a notamment travaillé sur la Logan, la Twingo et la Captur. Odile Panciatici est la première femme à avoir travaillé dans les méthodes et process et comme elle nous le raconte, elle se souvient que les hommes l’ont sifflé dessus à ses débuts.

Au cours de sa carrière, sa grande fierté est la Logan pour laquelle elle a travaillé en tant que chef de projet entre 2002 et 2006. Aux termes des travaux, elle et son équipe ont sorti une voiture qui valait dans les 5 000 euros et qui était adaptée pour le marché international.

Selon Mme Panciatici, sa passion c’est de fabriquer des voitures avant de diriger des hommes.

Emmanuelle Legault

Du haut de ses 37 ans, Emmanuelle Legault est PDG de Cadiou Industrie. Elle a remporté le titre de la Femme entrepreneur 2014. Diplômée d’un master en gestion à l’ESC de Brest, elle intègre rapidement le monde du travail en commençant par une place de Responsable du contrôle de gestion chez Bigard. Elle quitte ce premier poste pour travailler en tant qu’Ingénieur commerciale dans une entreprise informatique, mais n’y trouve toujours pas sa place. Finalement, elle rentre pour seconder son père qui travaille à la tête de sa propre entreprise axée dans la fabrication de portails. Trois ans après, elle prend la tête de l’entreprise et dirige aujourd’hui une société d’une centaine de salariés et générant un chiffre d’affaire de 10 millions d’euros par an.

Après avoir été huit ans à la tête de l’entreprise, Emmanuelle Legault triple le chiffre d’affaires et le nombre de salariés. Pour ce faire, elle va se baser sur les méthodes de son père en y rajoutant quelques innovations. Aujourd’hui, Cadiou Industrie commercialise différentes marques et propose des produits personnalisés. Pour les salariés, Emmanuelle Legault est une femme d’action qui a su leur donner de meilleures conditions de travail grâce au lean management.

Corinne Spilios

Elle a remporté le trophée de Femme de production 2014 et travaille aujourd’hui en tant que Directrice du site de production PSA Mulhouse. Elle a intégré le secteur automobile il y a de cela une vingtaine d’années et a multiplié les promotions. Aujourd’hui, elle occupe un poste prestigieux et est la seule femme à avoir obtenu ce poste dans toute la France. Elle a sous ses ordres un peu plus de 8 000 salariés avec un directeur logistique également de sexe féminin.

Durant sa carrière, Corinne Spilios a piloté le passage au monoflux des Citroën C4, DS4 et de la Peugeot 2008.

Elisabeth Lefort de Lesparda

A 40 ans, Elisabeth Lefort de Lesparda se voit attribuer le trophée de Femme de projets 2014. Elle occupe aujourd’hui le poste de construction manager chez Technip et en tant que femme de projets, elle a travaillé dans de nombreux pays comme l’Inde, le Venezuela, les Pays-Bas, le Qatar, la Chine, … Elle s’est orientée vers le monde du pétrole justement parce qu’elle aime bouger et être sur le terrain. Durant sa carrière, elle a construit des usines d’eau potable, des bases vie, des usines d’alumine, mais sa grande fierté est le projet qui l’a amené en Chine. Ce projet se focalise sur la chimie et malgré la barrière de la langue, Elisabeth Lefort a su s’y imposer et diriger les équipes sous ses ordres.

Actuellement, elle se trouve en Algérie où elle est en pleine construction d’une extension de raffinerie. En plus d’être une femme d’action, Elisabeth Lefort de Lesparda maîtrise également plusieurs langues d’où son aisance à se mouvoir à l’échelle internationale.

En passe-temps, elle aime peindre et dessiner et c’est peut-être là qu’elle puise son calme et sa sérénité malgré l’envergure des travaux qu’elle mène.

Corinne Jouanny

A 48 ans, elle est directrice d’Altran Prime et a raflé le trophée de Femme d’innovation 2014. Elle a été choisie pour ses brillantes idées et pour sa créativité. Diplômée en sciences et génie des matériaux de l’Ecole des mines de Paris, elle fait de l’innovation de rupture, de l’innovation incrémentale et de l’innovation centrée autour de l’humain son travail. Elle dirige d’une main de maître une équipe composée d’ingénieurs et de designers pour mener à bien tous les projets qui lui sont confiés.

Fabienne Lacorre

Cette quinquagénaire travaille dans l’aéronautique en tant qu’adjointe au directeur technique de Snecma et elle a comme passion les moteurs. Elle a remporté le trophée Femme de R&D 2014.

Elle est sortie de l’école d’ingénieur, l’Enseeiht à Toulouse en 1986 et a travaillé dans des bureaux d’études avant de faire du pilotage de développement. En 2008, elle se voit confier le développement du moteur Leap qui est actuellement le moteur le plus vendu au monde. Depuis le mois de mars, elle occupe le poste d’adjointe au directeur technique avec plusieurs salariés sous ses ordres. Elle se charge aujourd’hui de l’ensemble des moteurs de Snecma pour l’aviation commerciale, régionale et les jets d’affaires.

Stéphanie Bacquère

La jeune femme n’a que 35 ans et elle est déjà la fière cofondatrice et co-PDG de l’agence Nod-A. Elle a été élue Femme du numérique pour les trophées des femmes de l’Industrie 2014. Elle est ingénieur en technologie de l’information et est, depuis 2010, membre de la commission innovation ouverte de l’Union européenne. Il y a de cela trois ans, elle a fondé l’agence Nod-A avec sa collaboratrice Marie-Noéline Viguié. Leur principale mission : aider les entreprises traditionnelles à passer à l’ère numérique.

Stéphanie Bacquère est aujourd’hui considérée comme le plus jeune membre de l’association Silicon Sentier.

Stéphanie Tovoli

Elle a 36 ans, est responsable des ventes civiles d’Airbus Helicopters en Chine et a remporté le trophée de la Femme de commerce 2014.

C’est notamment grâce à cette jeune femme et à l’équipe qu’elle dirige avec finesse qu’Airbus Helicopters a pu vendre un total de 123 appareils à la Chine en juillet dernier. C’est sans nul doute l’une des plus grosses commandes de l’entreprise et ce, grâce à la force de vente que Stéphanie Tovoli détient. Fille d’un cadre de Dassault, dès son enfance, elle rêvait devant les avions de la patrouille de France. Il n’est donc pas surprenant qu’elle ait choisi l’aéronautique comme terrain de chasse en devenant l’une des commerciales les plus redoutables du secteur.

Malgré sa présence dans un secteur ultra-masculin, la jeune femme a su convaincre ses homologues et fait la fierté de ses patrons.

Anne-Christine Ayed

Anne-Christine Ayed est actuellement directrice de la recherche de l’innovation et de l’environnement de Tarkett. Elle a 52 ans et a remporté le trophée de la Femme du développement durable 2014. Son entreprise spécialisée dans les revêtements de sols a pour objectif de contribuer à la santé de l’environnement. Cette femme, écologiste dans l’âme parcoure le monde pour son travail et même si parfois, elle ne sait plus trop où elle se trouve, elle ne perd jamais de vue son objectif.

Déjà pour sa thèse, elle avait  pris pour sujet le rôle des polymères pour dépolluer les lacs et aujourd’hui, elle s’attaque à l’air intérieur. Son projet : faire disparaître les phtalates des vinyles et réduire les émissions de COV.

Son PDG, Michel Giannuzzi est fier de l’avoir dans son entreprise. Quant aux entreprises à qui elle a déjà donné un coup de main, elles en sont plus que ravies et la définissent comme une femme qui transforme les choses pour le bien des autres.

Marie-Agnès Vève

Elle a reçu le trophée de la Femme internationale 2014 et occupe le poste de directrice des programmes Super Puma et EC225 chez Airbus Helicopters. On la surnomme la femme de l’inconnu et de l’adversité, deux choses qui l’animent au quotidien.

Elle intègre Eurocopter en 1982 parce qu’elle affectionne depuis toujours l’aviation légère et la voltige. En octobre 2013, on lui confie la direction du programme Super Puma qui est considéré comme le plus international et le plus complexe de l’hélicoptériste. Le chiffre d’affaires du programme : plus d’un milliard d’euros que la jeune femme gère avec habilité. D’ailleurs, selon Guillaume Faury, PDG du groupe, ils ont fait appel à elle pour occuper ce poste parce qu’elle dispose de l’expérience nécessaire pour remettre à flot ce secteur en crise.

Aurore Ferrant

Elle n’a que 26 ans et elle est la plus jeune des lauréates des trophées Femme de l’Industrie 2014. Elle s’appelle Aurore Ferrant et elle est chef du service conception des essais propulseurs d’Herakles appartenant au groupe Safran. Elle a reçu le prix de Femme au début prometteur 2014, un titre prestigieux qui lui ouvrira sûrement toutes les portes pour l’avenir.

Ses missions au sein du groupe : assurer les essais des missiles et lanceurs spatiaux qui valent des millions d’euros et qui représentent plusieurs années de travail. Un poste à très hautes responsabilités qui lui a valu ce trophée.

Aurore Ferrant est une enfant précoce ce qui explique son très jeune âge à la tête d’un service aussi impressionnant. Elle passe son bac à seulement 14 ans et intègre Supaéro pour en sortir en 2008. Dès sa sortie, elle rentre chez Herakles à la conception de systèmes pour missiles. Un an plus tard, elle devient chef du projet R&D et intègre en parallèle l’université Safran.

 

No votes yet.
Please wait...