Recrutement de techniciens dans l’industrie : utiliser le job-dating

Recrutement de techniciens dans l’industrie
(Dernière mise à jour : 22 juin 2015)

Ce n’est pas nouveau : il est et a toujours été difficile de trouver des gens formés aux métiers de l’industrie. C’est notamment le cas pour l’électrotechnique, l’électronique et la maintenance industrielle. Pour faciliter les recrutements, ces filières vont donc organiser un job-dating ce jeudi 25 juin à Lorient, en Bretagne. Que ce soit de la part du secrétaire général adjoint de l’UIMM35-56, Guillaume Dilas, du responsable du site de Lorient pour le pôle formation dans l’industrie technologique, du syndicat des professionnels de l’industrie et de la métallurgie, ou encore des industries qui recrutent en pleine période de chômage actuelle, le discours est le même : il est difficile de recruter. Mais ce phénomène n’est pourtant pas né d’hier et se perpétue en s’accentuant, au moment même où les rangs se remplissent au niveau des apprentis. Dans l’ensemble, il est difficile pour les filières industrielles de remplir les effectifs pour les formations et c’est d’autant plus vrai actuellement, dans le domaine de la maintenance industrielle et dans l’électronique-électrotechnique.

Job-Dating

Cette situation a amené à l’organisation simultanée d’un job-dating, ce jeudi 25 juin, au sein des quatre pôles de formation dans l’industrie technologique de la ville de Lorient. L’objectif est de promouvoir auprès des jeunes ces filières qu’ils ont tendance à ignorer. Il concernera non seulement le secteur de l’agroalimentaire mais aussi l’électricité industrielle. Plus de dix sociétés y participeront, en vue de présenter leurs métiers (maintenance industrielle, électrotechnique et électronique).

Les métiers des filières industrielles

Il existe en effet plusieurs métiers dans ces filières, dont on ignore exactement ce en quoi ils consistent. D’après les explications de Guillaume Dilas, c’est par exemple le cas de l’ « urgentiste » de la machine, qui intervient sur les machines-outils, que ce soit à titre préventif pour déceler les éventuelles pannes et, si besoin, à titre curatif pour la résolution des problèmes qui apparaissent. D’autre part, il y a l’électrotechnicien, dont le champ d’intervention est assez large, car allant du bureau d’études à la réalisation des machines-outils.

Le nombre de postes à pourvoir est de 35 CDD (sur deux ou trois ans). Fabrice Allio, responsable du site de la Cardonnière, indique que le principal débouché est l’obtention du diplôme après une formation par alternance. Il existe aussi une formation gratuite qui aboutira soit à un bac-pro soit à un BTS et même une première expérience. Dans ce centre de la Cardonnière, il y a 70 places disponibles. C’est un pôle qui compte aujourd’hui 150 apprentis, issus de l’ouest. 35 d’entre eux suivent une formation en maintenance industrielle et en électronique-électrotechnique. 70 autres places avec perspective d’embauche sont également disponibles. De plus, le taux d’insertion des jeunes (quelle que soit la formation) issus de ces pôles est de 87 % à l’échelle régionale. Si 60 % d’entre eux décrochent un job après leur formation, 29 % continuent d’autres formations et le reste est à la recherche d’emploi.

 

No votes yet.
Please wait...